Aujourd’hui j’avais envie de vous partager le passage d’un livre que je dévore, « Vous avez l’immense pouvoir de changer votre vie » de Chantal Rialland.

J’espère que ces mots feront écho comme il me l’ont fait à moi. Bonne lecture.

 

Cultiver la positivité change votre vie. Parallèlement, il est impératif de vous dégager des différentes formes de négativité. Vous ne pouvez maintenir un état de conscience positif en vous « accrochant » à une part de négativité. C’est même impossible.

En premier lieu, commencez par éviter de faire seul votre malheur et, par la même occasion, de polluer l’existence des personnes qui vous entourent. Certes, nous avons tous à affronter des problèmes objectifs. Mais il y a aussi des problèmes que vous forgez de toutes pièces par une attitude négative ou inadaptée. Ainsi, beaucoup de gens voudraient que leur vie se déroule exactement comme leur névrose, leur ego ou leur mental le désire. De même, ils exigent que les personnes de leur entourage se comportent et agissent comme ils le désirent. Malheur à ceux qui dérogent à leurs desiderata. Une telle attitude est pourtant un véritable passeport pour la souffrance.

Prenons l’exemple de Renée, une maman célibataire dont le fils unique, Michel, à été « l’homme de sa vie ». Il y a dix ans, lorsque Michel à décidé d’épouser Lucile, Renée s’est montrée très hostile envers la jeune femme qui avait, à ses yeux, tous les défauts de la terre. Elle répétait inlassablement à son entourage que son fils était sous influence, manipulé, ensorcelé, allant jusqu’à affirmer qu’il ne tarderait pas à s’apercevoir de sa méprise et à divorcer. Mais le couple s’entend toujours très bien et deux enfants désirés ont couronné cette union. aujourd’hui, Renée se plaint beaucoup de ses déboires. Michel vient la voir une fois par semaine, tout seul. Il n’a plus grand-chose à partager avec sa mère dont les lamentations l’importunent… Renée n’a plus aucun contact avec sa belle fille ni avec ses petits enfants. Elle a, hélas!, créé toute seule son problème mais elle n’en a pas conscience. Au contraire, elle met tout sur le dos de sa belle fille: « Je vous l’avais bien dit, c’est une femme épouvantable. » En fait, à chaque fois que Renée rencontrait Lucile, elle ne pouvait s’empêcher de lui faire des critiques, des reproches, des réflexions désagréables. La moindre réunion de famille tournait au cauchemar. La goutte d’eau qui à fait déborder le base a été un repas de Noël ou Renée a critiqué ouvertement et violemment leur mère auprès des enfants. Après ce déjeuner, Lucile a déclaré à son mari: « Ta mère est ta mère, il est normal que tu la voies. mais, personnellement, j’ai atteint ma limite et, de plus, je ne veux pas qu’elle monte nos enfants contre moi ».

En second lieu, ne prolongez pas volontairement des situations qui sont toxiques pour vous. La négativité de certaines relations est un poison pour votre équilibre et votre bonheur. Ne vous laissez pas maltraiter. Ayez le courage de vous respecter et de vous aimer vous même.

Prenons l’exemple d’Aurélie. Elle est folle amoureuse d’un garçon qui la fait beaucoup souffrir. Loin d’avoir un comportement gentil et attentionné avec elle, il la critique, la dévalorise et la met parfois plus bas que terre. Il lui fait des promesses qu’il ne tient jamais, il disparaît soudain sans donner de nouvelles puis revient, au gré de son bon vouloir et de ses désirs sexuels. Au lieu de le quitter, Aurélie s’obstine, persuadée qu’il va changer. Ses amis la mettent en garde, mais elle n’en démord pas. Cette relation l’obsède nuit et jour, sa vie est une alternance de hauts et de bas, de moments d’euphorie suivis de périodes de déception et d’angoisse. Aurélie pleure beaucoup. Elle aurait besoin de faire un travail sur elle pour comprendre pourquoi elle s’accroche à quelqu’un qui ne lui correspond pas, pourquoi elle se complaît dans cette situation négative et douloureuse. Cela lui permettrait d’oser se libérer, sans regret, de cette fascination. Sinon, elle va traverser plusieurs années difficiles et pénibles avant de se rendre enfin compte qu’une rupture est inévitable. Et il lui faudra faire ensuite le deuil de cette relation.

Il n’y a aucune raison de prolonger une relation amoureuse douloureuse par peur de la solitude, par crainte de ne pas rencontrer ou de ne pas « mériter » quelqu’un d’autre, par manque d’estime de soi, ou pour des raisons de marquages et répétitions psychologiques dont il est fondamental de se libérer.

Il y a aussi d’autres formes de négativité qui nuisent à votre bonheur et à votre réalisation. La plupart des gens ont une habitude tellement ancrée en eux qu’elle en devient une seconde nature: ILS CRITIQUENT ET JUGENT les autres à tout bout de champ. Comment sortir de ce cercle infernal? En premier lieu, exercez vous tous les jours pendant une heure à ne critiquer ni une personne ni une situation. Ce n’est pas si facile, mais persévérez… En second lieu, prenez conscience que, si vous aviez vécu ce que la personne que vous condamnez a traversé, vous auriez peut-être un comportement bien plus désagréable.

Autre habitude pernicieuse, beaucoup de gens dépensent chaque jour une énergie considérable à convaincre leur entourage qu’ils ont raison. Et la plupart des échanges virent alors au dialogue de sourd. Chacun parle, personne n’écoute. Au lieu d’asséner vos idées, vos opinions, vos points de vue comme la seule vérité, il serait plus intéressant de vous ouvrir à d’autres façons de penser et de réagir. Nous apprenons beaucoup de l’infinie diversité des personnes que nous côtoyons. Ce qui ne veut pas dire que vous deviez renoncer à vos certitudes ou à ce qui vous tient à cœur.

L’humanité, (et l’on ne peut que s’en réjouir) prend conscience aujourd’hui de la pollution que nous faisons subir à notre planète et qu’il devient urgent de prendre des mesures pour ralentir, puis inverser ce processus. Il existe toutefois une pollution tout aussi forte, sinon bien supérieur encore, celle qu’entraîne la négativité sous toutes ses formes. Imaginez ne serait ce qu’un instant ce que peuvent représenter toutes les pensées négatives, les critiques, les jugements émis dans le monde entier. Vous avez soudain l’impression d’étouffer? c’est normal… Nous déplorons tous les guerres et les cortèges d’atrocités qu’elles entraînent. Mais si nous voulons œuvrer pour la paix, le chemin est de commencer à être en paix avec soi-même et avec les autres.

Fuir la négativité implique aussi  de ne pas se laisser contaminer par le catastrophisme ambiant. Car la négativité est contagieuse. Heureusement, la positivité l’est aussi. Il est pourtant rare que les chaines de télévision fassent la une du journal en annonçant des bonnes nouvelles. Gorgés quotidiennement d’informations plus dramatiques et plus alarmantes les unes que les autres, beaucoup de gens finissent par être persuadées que la vie sur terre n’est qu’une vallée de larmes. On pense généralement, en haut lieu médiatique, que le malheur fait vendre. C’est une théorie qui a la vie dure… Pourtant, en 2011, un billion de téléspectateurs ont regardé le mariage du prince William et de Kate Midleton. Cela devrait faire réfléchir les responsables de l’audimat! Il y a des milliards de bonnes nouvelles, chaque jour, dans le monde. Même si la vie n’est pas un long fleuve tranquille, elle peut être belle et passionnante.

Voila, fin d’un petit chapitre de ce livre qui nous transforme. J’ai payée le mien 3,50€ en mini format chez Charlemagne. N’hésitez pas à vous le procurer. Vous n’en serez surement pas déçu, seulement changés!

Publié par :Yaëlle Henry

Un commentaire sur &Idquo;Je fuis la négativité&rdquo

  1. Quelle jolie philosophie… Que je partage amplement… Toujours voir les avantages et tout le positif que renferme chaque situation, faire du négatif une expérience constructive, une tentative et non un échec… Se satisfaire d’un rien et en être fier… Voir toujours des côtés positifs ou voir un avenir positif même dans des situations difficiles. Je cultive ça avec mon mari depuis plus de 10 ans car lui il est comme ça de nature, ultra positif ce qui est un bonheur au quotidien … Je n’étais pas si négative avant lui mais j’ai appris à être plus positive et je me sent tellement plus heureuse et épanouie… Le bonheur… Comme les gens négatifs m’insuportent… Je fuis ça aussi et je pense qu’on a raison d’être nous… D’humeur constante car les autres n’ont pas à subir nos soucis, et transmettre notre côté positif n’est pas une mauvaise chose j’en suis sûre que ça sert toujours dans une journée aussi même à petite dose… Fuiyons la négativité !!! Et vivons heureux… Le bonheur quoi de plus essentiel ? OK égalité avec l’amour 🙂
    Merci Yaelle pour ces petites doses de bonheur que tu nous transmets au travers de ce blog mais aussi de ton compte IG qui me fait toujours sourire… Belle journée

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s